69748726Résumé :

C'est en 1954 que l'agent de Marilyn, Charles Feldman, contacte Ben Hecht pour lui demander d'aider l'actrice à écrire ses mémoires. A 28 ans, elle a déjà tourné une vingtaine de films, dont ses premiers succès - Niagara et Les hommes préfèrent les blondes -, et elle est lasse des inventions et potins des feuilles à scandale. Elle lui dicte les mots qu'il couche sur le papier. Pour des raisons personnelles, elle ne poursuit pas ces séances de travail, mais confie le texte inachevé au photographe Milton Greene, son ami de toujours. Vingt ans après avoir recueilli ces feuillets, douze ans après cette soirée d'août où Marilyn s'est endormie à jamais dans la solitude de sa villa, Milton Greene décide de révéler au public ce que la star elle-même avait à dire. Qui était Marilyn Monroe ? Une blonde un peu gourde qui pose nue sur des calendriers, sex-symbol et actrice ingénue ? Ou une jeune femme mélancolique, perfectionniste, cultivée, passionnée de littérature ? Lire cette Confession inachevée, c'est se rapprocher d'elle, entendre sa voix bien reconnaissable dévoiler les deux faces de sa personnalité, raconter les étapes de sa brève existence. D'abord Norma Jean, l'enfant dont la mère est internée, ballottée entre différentes familles d'accueil, puis la jeune fille qui crie son manque d'amour, son besoin constant d'attirer l'attention, et épouse le premier homme qu'elle fréquente. Enfin Marilyn, le sex-symbol qui côtoie et déteste Hollywood, avec ses ratés, ses dragueurs et ses escrocs, qui se heurte à la jalousie des femmes, mais qui reste lucide sur la tragédie de son milieu d'adoption - " A Hollywood, la vertu d'une jeune fille a beaucoup moins d'importance que le style de sa coiffure. On vous juge sur votre apparence, pas sur le reste. Hollywood, c'est un endroit où on vous offre mille dollars d'un baiser et cinquante cents de votre âme. Je le sais, j'ai assez souvent refusé la première proposition et tenu bon pour les cinquante cents. "Tiraillée entre les paillettes et les coulisses, entre la beauté et la souffrance, ce n'est pas qu'une fragile Marilyn qui se livre ici, mais aussi une observatrice lucide et intelligente.

Mon avis :

Je l'ai lu en deux jours, autant dire que je l'ai aimé. Mais attention : il faut garder une certaine distance avec ce qui est raconté. Il n'a jamais été prouvé que Marilyn a vécu ce qui est raconté, ni même qu'elle l'ai écrite elle-même. Ben Hecht l'a surement beaucoup aidé ( il aurait même déclaré qu'il doutait de la veracité de ce que Marilyn racontait : elle n'aurait pas menti volontairement, mais aurait plutôt des fantasmes.) Mais malgré tout, on voit qu'il s'est inspiré de la personnalité de Marilyn, on nous présente une jeune fille qui rêve de gloire, mais qui va devoir affronter quelques désillusions, une jeune femme marquée par la vie dès sa plus tendre enfance. Le livre s'arrête après son arrivée en Corée, lors de sa lune de miel. Elle ne parle pas de sa vie en détail, mais de petits épisodes  et quelques anecdotes qui m'ont fait sourire. Le vrai interêt du livre sont les deux petits cahiers de photos inclus, toutes prises par Milton Greene ( son fils a d'ailleurs écrit la préface ).